Consultations à distance (Téléphone, Skype ou WhatsApp) et en Cabinet à Andernos et Bègles

Psychothérapie par l'exemple

Les articles suivants sont une illustration des cas généralement étudiés mais le rôle du psychothérapeute ne se borne pas uniquement à traiter les maux les plus divers tels que les phobies ou certaines dépendances comme la boulimie, la tabagie, une dépression due à burn out ou un stress aigu.

Il peut être amener à jouer le rôle de Psy conseil pour apporter un soutien psychologique dans certaines épreuves douloureuses telles la perte d'un proche ou conflictuelle comme un divorce en apportant les éléments indispensables de dialogue pour retrouver une pleine séreinité.

psy conseil Le Baby blues

psy conseil La relation Mère - Fille

psy conseil La crise d'adolescence tardive

psy conseil Le syndrome de Peter Pan

psy conseil La solitude

psy conseil Le surpoids

psy conseil La relation d'aide

psy conseil La thérapie de couple ou thérapie conjugale

psy conseil Le rôle de la mère dans la relation de l’enfant à son père

 psy conseil Le pervers narcissique

psy conseil Le Stress, la Dépression, les angoisses

Les objectifs du psychothérapeute sont l'apaisement de l'esprit, l'ouverture d'une porte sur l'inconscient permettant de déchiffrer nos mystères, l'origines de nos angoisses parfois enfouis depuis la plus tendre enfance  .

Le psychothépeute est également  l'artisan de la communication en vous aidant à trouver les mots justes pour communiquer avec votre entourage.

 psychothérapeute bordeaux et arcachon

Vous pouvez consulter votre psychothérapeute sur RDV dans ses cabinets de psychothérapie de Bègles et Andernos ou à domicile sur la région de Bordeaux et Arcachon.

Crise d'adolescence

La crise d’adolescence

La crise d’adolescence est avant tout un phénomène naturel, une métamorphose physique et psychologique de l'individu entre 13 et 18 ans. Ce n’est pas une « crise » mais l'un des bouleversements majeurs que connaît chaque individu au cours de son existence. Cette étape suscite beaucoup d'interrogations, voire une certaine appréhension, chez les parents.

Comment se manifeste cette crise d’adolescence ?

Cette période demande beaucoup d'attention et de sérénité de la part des adultes. Elle peut se manifester par des comportements extrêmes : fugues, comportement de mise en danger (anorexie, alcool, drogue...) violence tournée vers les autres (délinquance, jeux dangereux) ou contre soi-même, etc. Ces comportements peuvent accentuer les représentations anxiogènes de cette phase de la vie, mais ils sont loin d’être majoritaires. Tous les ados n'entrent pas « en crise », mais il existe une croyance insidieuse selon laquelle on ne saurait être un adulte tout à fait épanoui, achevé, accompli sans être passé par une période de remise en question radicale à la puberté.

L’adolescence est-elle toujours une période de crise ?

Cependant la crise d’ado garçon ou fille, dans sa forme tapageuse, n’est pas une étape obligée dans la vie. Il arrive même qu’on prédise au jeune une crise plus tard, en milieu de vie, quand toute cette violence refoulée resurgira de son inconscient. L’adolescence est d’abord un phénomène physiologique : elle correspond à la puberté, un moment où le corps se transforme, où l’enfant devient un adulte.

Lire la suite de l'article "La crise de l'adolescence tardive"

relation mere enfant pere

Le rôle de la mère dans la relation de l’enfant à son père

Non  ce n'est pas le titre d'un film mais un aspect très important de la construction de l'enfant par rapport au modèle du père vu sous l'angle de la mère.

Pour l’enfant, la relation au père est modifiée par la perception qu’a la mère du père.

Que le père soit présent ou moins présent, la façon dont le père est perçu par la mère va influencer la perception de l’enfant.

Le premier monde de l’enfant c’est celui de la mère, dans son corps et sur son corps. La mère marque le psychisme de l’enfant à partir du 6ème mois dans l’utérus. Cette empreinte sensorielle permet au nourrisson de reconnaitre la voix et l’odeur de sa mère et de réagir à sa présence dès les premiers instants de sa vie.

Puis au cours du développement, un nouveau monde apparaît à l’enfant, l’alentour de la mère, son habitat, sa famille et son réseau d’intimité. Avant le 6ème mois, il n’y a pas de discrimination des visages, le développement neurologique du bébé ne le permet pas. A ce stade une figure maternante en vaut une autre et l’enfant s’attache aux deux parents malgré leur différence de style et quelle que soit l’organisation du couple.

Les pères maternants s’occupent bien des bébés, ils rendent le bébé plus éveillé, plus agressif (dans le sens affirmation de soi et capacité à se défendre) et plus explorateur. Cela rendra ces enfants plus enclins à quitter le nid familial et affronter la société.

Lire la suite  "Le rôle de la mère dans la relation de l’enfant à son père"

therapie Carl Rogers

La relation d'aide grâce à l'approche centrée sur la personne

En écoutant mon patient, je commence à éprouver un certain respect pour lui, à sentir que nous sommes parents. Je devine combien son univers lui paraît terrifiant, quelles tensions il met à essayer à vouloir le contrôler.

Je voudrais sentir ses émotions, qu'il sache que je le comprends.

Je voudrais qu'il me sente près de lui, dans son univers, capable de l’accompagner afin qu’il regarde cet univers sans trop de frayeur. Je puis peut-être le lui rendre moins dangereux.

Je voudrais entreprendre avec lui ce courageux voyage en lui-même, au sein de la peur ancrée en lui, de la haine, de l'amour qu'il n'a jamais réussi à laisser l'envahir.

Je reconnais que c'est un voyage très humain, et imprévisible pour moi, aussi bien que pour lui. Je me rends compte que ses propres craintes peuvent par moment l'amener à voir en moi un intrus, indifférent et repoussant, quelqu'un qui ne le comprend pas.

Ce que je suis et ce que je sens peut parfaitement servir de base à une thérapie, si je sais "être" ce que je suis et ce que je sens, dans mes rapports avec lui de façon limpide.

Alors il arrivera peut-être à être ce qu'il est, ouvertement et sans crainte.

Texte inspiré de la relation d’aide selon Carls Rogers

relation mère fille

La relation "Mère - Fille"

Si l’on est fille, on a une mère, si l’on est mère, on a peut être une fille. Les échanges intergénérationnels entre des êtres du même sexe qui sont donc très proches sur le plan biologique sont parfois compliqués.

Il peut y avoir des femmes « plus mères que femmes », des femmes « plus femmes que mères » et des « mères extrêmes ».

Toute personne, homme ou femme, peut avoir intérêt à chercher à éclaircir les relations entre femmes de générations différentes car ses relations ont des conséquences bien sûr entre femmes mais aussi dans les relations hommes/femmes.

Selon l’âge et le tempérament de la mère et de la fille, existe toujours le dilemme de la relation au père qui joue le rôle du tiers. La relation mère-fille serait donc une relation à trois.

L’harmonie de la vie d’une femme réside dans la capacité de pouvoir être successivement selon son âge et l’âge de ses enfants, plus mère que femme puis plus femme que mère tout en se différenciant de sa mère afin d’atteindre sa véritable personnalité, son véritable état de femme.

Cela n’est pas toujours simple, une thérapie même brève peut vous aider et vous accompagner dans ce relationnel afin qu’il soit principalement source de joie et de bonheur.

Lire la suite de "La relation mère fille"